Mesures Dracos au Piquet !

Le mot super écarlate du jeudi

jeudi 24 septembre 2020 

E3C : répression anti-syndicale
Melle : et maintenant, quatre Conseils de discipline  !

SUD éducation appelle à une manifestation nationale à Poitiers à l’occasion des conseils de discipline
Pas touche à nos camarades ! Solidarité avec les 4 de Melle
Les personnels du lycée de Melle (Deux-Sèvres) victimes de répression anti-syndicale viennent de recevoir les convocations pour leurs conseils de discipline. Jusqu’à présent, nous savions que Sylvie, Cécile et Aladin, trois adhérent-e-s de SUD éducation, étaient visé-e-s par des procédures disciplinaires : à la surprise générale, une quatrième camarade, Sandrine, est convoquée pour un Conseil de discipline également. Les dates de convocation s’étalent sur la durée de la semaine précédant les vacances de la Toussaint.
Le rectorat et le ministre Blanquer choisissent donc de franchir un cran supplémentaire dans la répression. Pour rappel, il est reproché à nos collègues la participation à des manifestations contre la mise en place des E3C dans leur établissement. Face à cet exemple emblématique de la répression anti-syndicale dans l’éducation, SUD éducation appelle à participer à une manifestation nationale à Poitiers à l’occasion de la tenue des CAPA disciplinaires le lundi 12 octobre à 13h.
SUD éducation appelle également l’ensemble des personnels à témoigner de leur solidarité avec les 4 de Melle par le biais de prises de positions, de motions en Conseil d’administration ou en Conseil d’école, par l’organisation de rassemblements de soutien devant les DSDEN et les rectorats à l’occasion des Conseils de discipline, et à suivre les initiatives proposées par le comité de soutien.
SUD éducation a déposé un préavis de grève spécifique à cette occasion pour toute la semaine du 12 au 16 octobre couvrant tous les personnels de l’Éducation nationale.
Retrouvez le tract d’appel ici
Pour le co-voituage contactez-nous : contact@sudeducation49.org

Grève et rassemblement devant le rectorat de Poitiers
(22 rue Guillaume 7 le Troubadour) puis départ en manifestation le 12 octobre à 13h

Santé au travail
Médecine de prévention : exigeons-là !

Alors que par arrêté ministériel, super Jean-Michel a décidé que la COVID ne pouvait pas toucher les personnels des écoles et établissements scolaires, il nous a paru opportun de relancer la campagne pour la médecine de prévention amorcée l’an dernier lors du stage conditions de travail à Angers. Le confinement nous a quelque peu empêché de la mener à son terme.
Nos conditions de travail ne cessent de se dégrader : classes surchargées, postes sur plusieurs établissements, pressions hiérarchiques, surchage de travail, injonctions multiples, services administratifs et techniques en sous effectifs, etc. Alors que sont reconnues des troubles propres à notre profession et que l’augmentation avérée de pathologies lourdes ne nous épargne pas, nous disposons d’une médecine de prévention très insuffisante.
Le droit à une médecine du travail et à des visites médicales régulières est inscrit dans les textes réglementaires (décret 82-453 du 28 mai 1982). La loi impose une visite médicale de prévention tous les 5 ans, et donne le droit à tout personnel à une visite médicale sur demande et sur temps de travail.
Alors que la loi exige 1 médecin de prévention à temps plein pour 2500 agent-e-s voici les chiffres de l’éducation nationale : 64 temps pleins de médecins pour 1 011 755 agent-e-s, soit 1 temps plein de médecin pour 15 809 agent-e-s ! Il manque donc 341 temps pleins de médecins de prévention...Cette situation est inacceptable !
Nous exigeons le recrutement immédiat de médecins de prévention comme l’exige la loi. Afin de dénoncer cette situation et de faire valoir nos droits, SUD éducation 49 invite à nouveau tout·e·s les agent·e·s à demander massivement la visite médicale de prévention d’ici le 8 octobre. Vous trouverez ici un modèle de demande

Matériel pédagogique
Un super imagier pour la classe

SUD éducation 49 est fier de vous proposer un imagier super républicain pour vous aider à surmonter la COVID...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ouvrons-là !
Plus que jamais, on se syndique
5 bo
nnes raisons d’adhérer à SUD éducation 49 :
UN SYNDICAT SOLIDAIRE : discriminations, précarité, droits des femmes, sans-papiers, La Poste, le Rail, OGM, recherche, culture, services publics…, toutes nos luttes doivent converger, dans le public et le privé. L’union syndicale Solidaires y contribue activement. Elle regroupe les syndicats SUD et d’autres syndicats de différents secteurs professionnels. Partout, la solidarité doit l’emporter sur l’individualisme et la recherche du profit.
UN SYNDICAT UNITAIRE ET INTERCATÉGORIEL : parce que c’est faire le jeu des pouvoirs que d’éparpiller les luttes et les revendications, nous sommes un syndicat résolument intercatégoriel : un seul syndicat pour tous les personnels de l’Éducation Nationale, tous métiers confondus, de la maternelle à l’université, sans condition de statut ni de grade. SUD prône aussi l’unité d’action du front syndical, tout en exprimant ses propres orientations pour faire vivre le débat démocratique.
UN SYNDICAT DÉMOCRATIQUE : ce sont nos assemblées générales d’adhérent·es qui décident les orientations. Chacun.e peut se faire entendre. Nous pratiquons aussi la rotation des responsabilités. Les collègues qui, pour une durée limitée, ont des heures de décharge syndicale, travaillent toujours au moins à mi- temps. Nous ne voulons pas de bureaucratie. Vos représentant·es partagent votre quotidien professionnel et restent en contact avec la « base ».
Nous défendons la conduite des mouvements de grèves par les personnes mobilisées, et mettons nos moyens au service des luttes.
UN SYNDICAT DE LUTTE : SUD refuse le clientélisme et la cogestion. Nous refusons de négocier des miettes si cela revient à cautionner des régressions sociales ou scolaires. Nous pensons que seul un mouvement social qui affronte le gouvernement, sous le contrôle des grévistes, permettrait d’obtenir les changements radicaux dont l’école et la société ont besoin. Lutter plus pour gagner plus !
UN SYNDICAT DE TRANSFORMATION SOCIALE  : SUD lutte pour les revendications immédiates des personnels (salaires, conditions de travail, protection sociale…) mais aussi pour une rupture avec ce système qui vit de l’inégalité et de la précarité : pour une autre école, une autre société. Pour être efficace, notre syndicalisme ne s’arrête donc pas à la porte des lieux de travail.

3 ou 4 mauvaises raisons de ne pas adhérer :
"La cotisation à SUD est trop chère !" SUD ne vit que des cotisations, ce qui est un gage d’indépendance. L’essentiel de nos ressources est dépensé pour diffuser nos idées, pour informer les personnels et pour les actions.
Se syndiquer est un engagement, celui de la solidarité dans la défense des droits des salarié·es. Les cotisations représentent certes un coût (limité, rappelons le, par la déduction fiscale), mais nous avons en tout cas fait le choix de la progressivité, les revenus plus élevés cotisant davantage proportionnellement.
"SUD est un syndicat trop politique !"Tous les syndicats ont une intervention qui a un sens politique. Pas seulement SUD ! Au moins, nous le reconnaissons : nous défendons un syndicalisme de transformation sociale car l’intervention syndicale ne peut se limiter à des questions strictement " professionnelles ". Les conditions de vie et de travail des salarié·es dépendent de décisions globales et de la répartition sociale des richesses, la question scolaire relève d’un choix de société, etc.
Par contre, SUD est un syndicat au service des luttes et contrôlé par ses adhérent·es, totalement indépendant des organisations politiques. Les engagements et les choix politiques de nos adhérent·es sont d’ailleurs divers (bon, d’accord, on doit admettre qu’il n’y a pas beaucoup de RN à Sud éducation…).
"SUD est trop petit ! » Nous en sommes bien d’accord ! Même si SUD ne cesse de progresser, nous enrageons souvent de ne pas pouvoir peser davantage sur le déroulement des mobilisations. Mais si tous ceux et toutes celles qui se retrouvent dans nos orientations et qui hésitent à adhérer parce que le syndicat n’est pas assez gros sautaient le pas, SUD pèserait déjà beaucoup plus ! Cela ne tient qu’à vous…
"SUD écrit trop et trop petit !" : ben, ça doit être qu’on a beaucoup de choses à dire...

Bulletin d’adhésion

vendredi 9 octobre 2020, par administrateur du jeudi

titre documents joints

 
(PDF - 24 septembre 2020 - 177.8 ko)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions Légales | réalisé avec Spip